Accueil Bretagne Vivante
 Plan du Site
 Protéger  Agir localement  Actualités  Eduquer  Découvrir  Editions  Label BV  Liens 
Recherche
[Actualités]
[Communiqués]
[La maison brûle]
[Infos réserves]
[Toute l'info]
[Emploi et stages]

Infos sur les réserves

La lettre de Cap Sizun n°13 - 2004
Infos réserves - 18/02/2007
line
La lettre de Cap Sizun n°13 - 2004

Sommaire



Edito: des murets et des mares

  Grassette
Grassette
Une réserve naturelle a de multiples fonctions. La préservation de la faune et de la flore est la plus connue de toutes. A l'opposé, la restauration du patrimoine culturel est souvent ignorée du public quand ce n'est pas des gestionnaires eux-même. Tel n'est pas le cas à Goulien où la réserve tente à sa façon d'être un modeste conservatoire d'usages anciens.

Avant toute chose, n'oublions pas que la majeure partie des paysages de Bretagne a été modelée par le travail des hommes, travail principalement agraire, et que dans des écosystèmes ainsi modifiés, bien des espèces ont su tirer profit de circonstances favorables. Alors si l'outil réserve naturelle sert l'ardent désir de transmission d'une biodiversité intacte pour les générations futures, il entend aussi conserver les traces des gestes et des savoir- faire des précédentes.
  Mare
Mare
D'une façon systématique, les anciennes micro-carrières des roz ont été dégagées des déchets et déblais divers qui les encombraient. Moutons et poneys y trouvent d'utiles paravents ensoleillés et les craves y piochent communément à la limite du tuffeau,
dans les anciens fronts de taille. La micro-tourbière de Lenn nevez où s'abreuvraient fut un temps les bêtes des frères Laouenan a été rajeunie cet été à la main et par un pâturage d'appoint. Les petites plantes carnivores appelées grassettes ont ainsi fait leur réapparition. Sur le coteau Est de Kerguerriec, le réseau de murets de pierres sèches se laisse de nouveau admirer depuis la fauche automnale des ronciers qui les avaient submergés.

C'est dans cet esprit de conservation simultanée des deux patrimoines, naturel et culturel, que nous nous sommes associés étroitement au cours de l'année à l'initiative du GAPAS. En quoi consiste-elle ? Avec l'approbation des riverains, le soutien de la municipalité et des chasseurs, elle vise à enclencher la restauration de la splendide mare des communs du village de Kermeur à Cléden-Cap Sizun.

Et aux dernières nouvelles, il y avait quelques bécassines à vermiller… Bon signe !

Alain THOMAS
Conservateur

Les oiseaux marins nicheurs: les chiffres 2004

  Guillemots de Troïl
Guillemots de Troïl
Cette année voit une forte augmentation des mouettes tridactyles sur la réserve. En effet, c'est 25% de couples supplémentaires qui se sont reproduits par rapport à 2003. Une telle augmentation n'avait pas eu lieu chez les tridactyles depuis une quinzaine d'année. Les goélands marins continuent eux tranquillement de conforter leur petite population sur Goulien, ainsi que les goéland bruns qui passent pour la première fois depuis la création de la réserve la barre des 100 couples. Par contre, c'est une année noire pour la reproduction des fulmars : bien que le nombre de couples reproducteurs soit stable après une année 2003 en forte augmentation, la réussite n'est pas au rendez-vous cette année. Une très forte mortalité est observée chez les poussins, même âgés d'une quinzaine de jours, phénomène spectaculaire observé dans toute l'Europe. Selon les premiers résultats des suivis régionaux, un manque criant de nourriture en mer serait la raison principale, mais les études en cours nous en diront plus dans les mois qui viennent. Les guillemots de Goulien, l'une des 4 dernières colonies de France, résistent toujours avec une grande régularité, malgré la faiblesse de ses effectifs .

Nombre de couples reproducteurs sur la réserve et évolution par rapport à 2003

(+:augmentation, =:stabilisation, -:diminution)

Fulmar boréal21+
Cormoran huppé48+
Goéland argenté287+
Goéland brun124+
Goéland marin24-
Mouette tridactyle350+
Guillemot de Troïl20=

Les oiseaux terrestres: Grand corbeau, crave et faucon pèlerin


La nature est formidable. L'an passé, le dernier couple de grand corbeau avait brutalement disparu en pleine reproduction. Nous avons bien cru l'espèce disparue du Cap. Miracle cette année, un nouveau couple s'est installé sur une falaise de Cléden-Cap Sizun, dès la fin de l'hiver. Ce nouveau couple a réussi à élever un jeune, ce qui pour une première tentative n'est pas si mal chez le grand corbeau. Nous lui souhaitons longue vie à Cléden !
2004 a vu 5 couples de craves à bec rouge réussir la reproduction, tous situés sur la côte Nord du Cap.
Par contre, les 4 couples connus sur la côte Sud qui ont pourtant construit un nid n'ont pas réussi la reproduction. De nombreux facteurs sont sans doute en cause. Le dérangement par les randonneurs sur les rares zones d'alimentation des craves est probablement une des cause de ces échecs.
Le faucon pèlerin ne se reproduit pas encore en Cap Sizun, mais sa présence est de plus en plus fréquente sur la côte Nord. Le cantonnement avéré d'un premier couple peut nous faire espérer une reproduction à court terme.

Un chouette retour: la Chevêche d'Athéna

  Chevêche
Chevêche
Une autre bonne nouvelle venue des oiseaux de la réserve : la réapparition de la chouette chevêche ! Cela faisait deux ans que la chevêche n'était plus observée dans les falaises de Goulien. Dès le printemps, un oiseau est repéré, dans la crique anciennement fréquentée, porz ar wreg. Puis toute la saison, une chevêche est régulièrement vue sur ses points de repos préférés, souvent en fin de matinée. En effet, il s'agit de l'espèce la plus diurne des rapaces nocturnes ! Elle apprécie particulièrement de faire la sieste au soleil sur le coup de midi. En juillet, à la nuit tombante, ce sont deux chevêches qui sont observées chassant les insectes et micro-mammifères sur la lande de la réserve, du côté de Lenn nevez, se reposant également sur les piquets de la clôture à moutons, comportement autrefois bien connu dans nos bocages. Nous n'avons pas observé d'indices de reproduction. Aussi, croisons les doigts pour que 2005 marque le retour de la chevêche parmi la liste des oiseaux reproducteurs du littoral de Goulien.

Un projet pour sauver la mare de Kermeur !

  chantier mare
chantier mare
C'est en collaboration avec l'association d'animation pour les ados, le GAPAS, que nous avons mené ce projet.
La mare étant un commun du village, les jeunes du GAPAS ont fait du porte à porte afin de présenter le projet et d'emporter l'adhésion des douze propriétaires. Pour ce faire, l'aide de la société de chasse fut appréciable, les chasseurs s'engageant à ne plus chasser sur cette mare.
Avant le chantier lui-même, les jeunes ont participé à quelques animations de sensibilisation à l'écologie des zones humides. Puis, d'autres animations ont permis aux jeunes eux-même de lister l'inventaire des plantes présentes à Kermeur, notamment avec l'aide d'Aurélie Le Quéré, originaire de Poullan-sur-mer, en stage au sein de la Réserve, préparant un BTS gestion et protection de la nature. Ils ont également participé à la préparation du chantier prévu pour deux semaines en août. Il a été décidé d'enlever une partie de la très épaisse couche de végétation accumulée au fil des ans : environ une quarantaine de centimètres recouvrant totalement la mare. Cette végétation est essentiellement constituée par le Gaillet des marais, le Potamot nageant et le Lotier des marais. De plus, quelques saules ont commencé de coloniser la mare en s'appuyant sur ce tapis végétal. Pendant deux semaines, une dizaine de jeunes capistes et leurs correspondants polonais ont travaillé dur tous les matins pour arracher la couche de végétation et l'évacuer. Un habitant de Kermeur, d'origine polonaise, est venue prêter main forte dès qu'il le pouvait.
Le chantier a donc permis d'avoir à nouveau une zone en eau libre sur une partie de la mare. Une partie des saules a également été coupée. Un exploitant installé en agriculture biologique à proximité a récupéré la matière végétale pour son compost.

Il reste bien sûr encore beaucoup à faire pour rendre au site toute sa richesse écologique, mais le processus est lancé, et un suivi de l'évolution de la zone libérée est prévu avec les jeunes capistes. Bref, une affaire à suivre...


Le Club Nature à la découverte des dunes de St Tugen

  club nature
club nature
Le Club Nature du Cap propose depuis janvier 2003 aux enfants capistes âgés de 8 à 12 ans des animations à la découverte de la nature du Cap Sizun dans toute sa diversité.
Ainsi, les trois séances du trimestre printanier portaient sur la découverte de la dune. Les animations se sont déroulées sur l'ensemble dunaire très riche de Trez Goarem, à Saint Tugen. Les enfants ont pu découvrir notamment le flore spécifique de ce milieu, et comprendre les différentes stratégies des plantes pour résister à la sécheresse, au vent, ou encore à la présence du sel ! Les chardons bleus et les orchidées pyramidales ont particulièrement retenu l'attention des enfants.
Le Club Nature du Cap Sizun redémarre en janvier 2005 avec Damien, pour six séances jusqu'en juin. Il sera notamment question cette année de construire des nichoirs pour les sternes. N'hésitez pas à vous renseigner à la réserve, c'est gratuit dans le cadre des CLSH du Cap et bien sûr ouvert à tous.


Accueil du public et animation

  accueil du public
accueil du public
Environ 15 000 personnes ont visité la réserve entre avril et août 2004. Parmi celles-ci plus de 700 élèves en groupes scolaires ont participé à une animation, sur les oiseaux de mer bien sûr, mais aussi sur d'autres thèmes, comme l'énergie éolienne par exemple. 200 adultes en groupes constitués ont participé à une animation.
Un millier de personnes a profité d'une visite guidée sur la réserve au cours de cette saison.
363 paire de jumelles ont été prêtées aux visiteurs, en complément des 4 longues-vues à poste sur le parcours.

Un 2ème couple de craves

  crave
crave
C'est l'année des bonnes nouvelles ornithologiques à Goulien. Ce qui était espéré, recherché même par la gestion écologique mise en œuvre depuis tant d'années, est arrivée en 2004 : un deuxième couple de craves à bec rouge s'est reproduit sur la réserve, élevant deux jeunes. Petit rappel : c'est au printemps 1999 que le premier couple de crave se reproduit à Goulien, du côté du Milinou Braz. C'était une première depuis 25 ans ! Depuis 1999, ce couple élève chaque année 2 à 4 jeunes, ce qui fait de lui un des couples les plus productif du Cap.
Depuis trois ans déjà, un deuxième couple était cantonné dans les falaise, du côté de Beg al lochou. C'est ce couple qui s'est reproduit ce printemps. En plus des deux couples reproducteurs, une bonne partie de la population de crave du Cap fréquente très régulièrement les pelouses et landes de la réserve, ainsi que les pâtures environnantes de Kergulan à Lézoulien.

Nouvel inventaire, l'estran

  étude estran
étude estran
C'est avec l'aide précieuse d'Elodie Giacomini, préparant un Diplôme Universitaire en Sciences de la Mer faisant suite à sa Maîtrise de Biologie en milieu marin, que nous avons réalisé au cours de l'hiver 03-04 l'inventaire de l'estran de la réserve. Cette étude a permis d'inventorier trois grands types d'habitats intertidaux : les replats boueux ou sableux exondés à marée basse, les grottes marines submergées et les récifs. La forte exposition aux vagues et à la houle joue un rôle essentiel dans la distribution des communautés de l'estran. Il s'y développent en effet, une faune et une flore typique des estrans battus. A cette richesse naturelle particulière, s'ajoutent plusieurs espèces remarquables d'intérêt patrimonial qui renforcent l'originalité de cet estran.

L'équipe 2004 au service de la réserve

  Visite guidée
Visite guidée
Alain Thomas, conservateur bénévole de la réserve du Cap Sizun est aussi le vice-président de Bretagne Vivante-SEPNB.
Claudie Le Goff, habitant à Poullan sur mer a été l'hôtesse d'accueil cette saison. l'équipe permanente constituée de Pierre Le Floc'h et de Damien Vedrenne a été renforcée par le même animateur que l'an passé, André Bodin, d'avril à juin, à mi-temps. Jean-Yvon Bonis est toujours notre précieux berger auprès des poneys et des moutons. En juillet et en août, des bénévoles sont venus compléter l'équipe pour accueillir les nombreux vacanciers : Mélina Bernard, Morgane Berner, Marie Heudes, Feryall Mettininh, Fabrice Monvoisin, Fanny Rohou. Plusieurs stagiaires ont participé à la vie du site : Aurélie Le Quéré, Elodie Giacomini, Morgane Thieux, Samuel Quillien , Hugo Le Falher, Fred Robin.


  guillemots
guillemots


Un grand merci à tous !







 
Bretagne Vivante - 186, rue Anatole France - BP 63121 - 29231 Brest cedex 3
- Page actualisée le 18/02/2007
[début de page]